FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 28 octobre 2013

La fin du shutdown actée, bon nombre d’acteurs du marché estiment ou « espèrent » que la FED prolongera quelque peu son quantitative easing : afin de rattraper les points de croissance perdus d’abord, peut-être aussi pour offrir au gouvernement un surplus de financement bon marché pour financer son coûteux programme.

Ainsi a-t-on observé, dès lundi, les taux américains baisser d’environ 10bps, passant sur le 10 ans de 2.60% à 2.50%, suivis comme à l’accoutumée par les taux européens core, passant de 1.85% à 1.75%.

Notons aussi le mouvement de baisse rapide du dollar, qui pourrait, s’il se poursuit, être un signe inquiétant pour la FED : jusqu’à présent les investisseurs américains n’avaient pas investi leurs liquidités sur les monnaies étrangères, préservant ainsi la Banque Centrale américaine  d’une politique de défense du dollar (qui s’opposerait au QE) ; cependant une confirmation de cette correction du dollar obligerait la FED à détruire plus rapidement que prévu la monnaie créée par le quantitative easing (pour défendre sa monnaie), accélérant ainsi le mouvement de hausse des taux que nous attendons avec la fin de la politique accommodante prévue pour le 1er semestre 2014.

Côté crédit nous entrions cette semaine dans les publications intermédiaires des entreprises (T3 2013) globalement en ligne avec les objectifs de l’année, qu’il s’agisse d’Akzo Nobel, SAP, Novartis, PSA, Faurecia, Gecina, Stora Enso, Biomérieux, Orange, Air Liquide, Klépierre, Cemex, Saint-Gobain, Areva, Renault.

Quelques déceptions cependant chez Unilever, Schneider, Pernod Ricard ou KPN, dont l’Ebitda a baissé de 14% ; enfin  Soitec dont le chiffre d’affaires a baissé de plus de 30% sur les six premiers mois de l’année : malgré ces chiffres désastreux, le management maintient sa prévision de croissance pour 2013/2014, peut-être afin de ne pas trop décevoir les participants au refinancement bouclé il y a seulement quelques semaines... (augmentation de capital de 109M€ en juillet puis émission de la convertible 2018 pour 103M€ début septembre)

Corporates toujours avec la cession par Franz Haniel de sa participation de 50% dans Celesio. Avec une recette d’environ 2Md€, cette vente permettra au groupe allemand de réduire son endettement puis de « reconfigurer son portefeuille de participations ». Rappelons que la principale ligne de Franz Haniel est le distributeur Metro avec 34% du capital.

Enfin nous noterons en Autriche la dégradation de l’émetteur Telekom Austria par Moody’s et S&P à Baa2/BBB- suite à l’achat de nouvelles licences de téléphonie mobile. Bien que la position concurrentielle de l’opérateur sorte probablement renforcée de cette opération d’environ 1Md€, les ratios de crédit de Telekom Austria s’en retrouveront significativement dégradés à court terme.

Chez les financières nous suivrons la réflexion de la fondation Monte dei Paschi, actionnaire historique de la Banque Monte dei Paschi, de vendre l’intégralité de sa participation, soit 33.5%, afin de rembourser une dette de 350M€ qui représente 12.5% du capital au cours actuel des actions.  Cette cession pourrait être accélérée par le calendrier imposé pour le sauvetage de la banque qui prévoit une augmentation de capital de 2.5Mds avant fin 2014... La banque sera sauvée mais le risque devient de plus en plus politique, juridique et difficilement maîtrisable...

Plus généralement sur les banques italiennes, nous signalerons qu’elles sont aujourd’hui clairement identifiées par les institutions (BCE, Commission européenne notamment) et les investisseurs comme celles qui pourraient nécessiter des recapitalisations importantes à l’issue des stress tests de grande envergure que la BCE mettra en place en 2014. Reste à déterminer si les créanciers subordonnés seront mis à contribution lors de ces opérations, la question reste pour le moment ouverte.

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.