FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 24 juin 2013

Encore une semaine difficile sur le crédit mais une fois de plus, contrairement à ce qu’estimaient les analystes en début d’année, ce n’est guère au profit des autres classes d’actifs qui ont également mal supporté le discours de Bernanke mercredi... Une fois de plus, bien que le monde entier connût à l’avance les tenants et aboutissants généraux du discours, largement prévisible puisque déjà entamé quelques semaines auparavant, les marchés ont surréagi, inquiets à juste titre, que l’économie réelle se révèle beaucoup moins puissante que les banques centrales.

Après une longue période de sommeil artificiel, le monde obligataire se réveille : la moyenne des BBB 10 ans euro à 1.70% de rendement, celle des BB à 4.60%... L’obligataire est certes une classe d’actifs moins risquée que les actions mais les sous-jacents restent tout de même des entreprises d’une zone exsangue, à la limite de la décroissance, dont les Etats n’ont plus aucune marge de manoeuvre mais continuent de s’endetter, aveuglés par des taux aux plus bas qui pourraient ne pas le rester bien longtemps...

Si nous revenons dans l’économie réelle après quelques années d’économie « surmonétarisée », c’est une crise économique tout aussi réelle qui nous attend et les efforts de trésorerie et de bilan effectués par les entreprises depuis 2009 pourraient ne pas tenir bien longtemps pour les plus cycliques d’entre elles.

Côté corporates, les entreprises ont d’ailleurs peu de projets et continuent les programmes de rachat de dette, ce qui devrait se terminer prochainement, le primaire devenant beaucoup plus compliqué... Cette semaine c’est au tour d’Arcelor d’annoncer le rachat de titres 2014, tandis qu’Alcatel a racheté la totalité de sa souche 2025 en $.

La faible croissance endogène pousse également les entreprises aux OPA, facteur qui ne devrait pas non plus à long terme être très bénéfique pour le crédit : nous noterons cette semaine la lutte Vodafone/Liberty Global pour le rachat de Kabel Deutschland, le blocage par l’Etat espagnol d’une OPA démentie de AT&T sur Telefonica, la rumeur de rachat de Nokia par Huawei (le crédit chinois est lui sur la pente ascendante !).

Les LBO s’activent également, souhaitant sans doute vendre avant la tempête... Nous noterons cette semaine Grohe ou Numéricable qui étudient une prochaine introduction en bourse, tandis que les fonds actionnaires d’Elior tentent d’accélérer le processus de vente.

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.