FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 1er septembre 2014

L’hebdo crédit revient de vacances un peu groggy après un été sans intérêt, à la hauteur de la météo… Les nuages sont présents, épais, volumineux, mais aucun orage n’éclate, au profit d’une petite pluie fine longue et monotone qui empêche tout un chacun de prévoir une sortie, tout en laissant des éclaircies trop fugaces pour qu’on puisse vraiment en profiter ; seules nos amies les plantes, dont l’enracinement est pour une fois un avantage compétitif, ont donc pu profiter des furtifs rayons de soleil … Alors tout se renchérit mais peu de gérants actifs en profitent autant que possible ; seuls les gérants électroniques et leurs fonds indiciels passifs, comme les plantes, croissent à vue d’œil du fait de leur exposition permanente…

La seule vraie piste de réussite majeure de l’été est finalement européenne et suffisamment rare et difficile pour être signalée ; il s’agit d’une tentative de mise en orbite. Il faut dire que l’Europe a cette fois mis les moyens sur la table : liquidités, technicité, coopération autorités/gouvernements/entreprises, coopération internationale... Et la probabilité de succès de cette mise en orbite devient aujourd’hui significative, vive l’Europe !

Evidemment, nous ne parlons pas ici de Galileo, qui vient d’essuyer son énième échec (notons d’ailleurs ici que le lanceur était russe, ce qui pose deux questions : 1/ la sélectivité des embargos, 2/ les conflits d’intérêts potentiels sur la réussite du projet), mais des taux gouvernementaux européens - cette mise en orbite là, oui, nous en sommes peut-être capables !

 En fait la ligne d’orbite est déjà plus ou moins atteinte, comme le montre la comparaison des courbes allemandes et japonaise depuis 15 ans, mais il reste maintenant aux taux européens à conserver cette trajectoire pendant quelques mois. Puis, une fois le mouvement (ou plutôt l’absence de mouvement) significativement entamé, nous y serons ! Financements gratuits et déficits illimités pour les Etats, marges de profitabilité et coussins de sécurité confortables pour les banques, simulacre de possibilités de financement pour les entreprises dont le besoin se raréfie tant les perspectives sont moroses et les besoins de productions limités. Enthousiasmant…Seuls peut-être les gérants obligataires japonais candidats à l’expatriation pourraient en tirer profit et voir leur cote grimper en Europe.

 Mais attention tout de même car lorsqu’ une orbite est seulement presque atteinte mais manquée, la chute est inévitable, violente, quasi-incontrôlable et finit souvent en destruction, feu Galileo en a récemment fait l’expérience…

Nous avons donc le choix aujourd’hui entre

 -      Probabilité négligeable : une sortie de crise inédite tirée par la croissance et des politiques innovantes et « successful » (mes excuses pour l’anglicisme mais, signe du destin ou coïncidence chacun choisira, il n’existe pas d’adjectif pour le mot « succès » dans la langue française…)

-      75% de probabilité : un scenario japonais et l’anesthésie générale sur une ou deux générations

-    25% de probabilité : un choc extrême que nous nous abstiendrons de détailler, tant l’histoire nous a offert d’illustrations, la dernière en date étant la grande dépression des années 30, dont l’issue est peu glorieuse bien que les trente années suivantes en aient pris l’appellation.

 Notons enfin que rarement un consensus fut si massif en faveur des taux au plancher pendant plusieurs années… Le risque est donc majeur et extrêmement explosif si le consensus a tort (phénomène plutôt fréquent ces dernières années sur les taux). C’est donc dans ce sens que nous accentuerons notre recherche pour préserver une performance raisonnable dans tous les scenarios de marché, plutôt que de s’évertuer à chercher la pierre philosophale du rendement passé lorsqu’il n’est plus.

 

Parler de l'année prochaine, et le démon sourira. 

(Proverbe japonais)

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.