FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 19 mai 2014

Les semaines se suivent et se ressemblent, offrant aux investisseurs obligataires l’une des meilleures années en terme de rapport rendement/volatilité depuis bien longtemps, avec une performance de 4.90% YTD pour l’Iboxx € Overall (soit +13.35% annuel… est-ce bien raisonnable quand le portage est déjà à peine à 2% ? ), pour une volatilité annuelle de 2,1… Avant la fameuse grande rotation au profit des actions, vendue par les banques d’investissement lors des « roadshows » de fin d’année, les investisseurs s’offrent donc une année obligataire de plus, pariant sur une intervention massive de la BCE courant juin : le fameux « QE » européen…

N’oublions pas ici que ce type d’opération en Europe :

1/ se ferait au prorata de l’importance du pays dans la zone, l’Allemagne en tête évidemment (et peu pour les périphériques)

2/ ne profiterait que peu au tissu économique mais plutôt aux obligations gouvernementales

3/ ne comblerait pas le manque de capital des banques, entrave au financement de la masse de PME

 

Alors oui, les obligations continuent de grimper à juste titre mais non ce n’est pas une bonne nouvelle du tout car il est probable que ce mouvement massif soit le résultat de la conjugaison de deux facteurs : d’une part un enthousiasme trop important quant au QE, d’autre part un manque d’enthousiasme flagrant quant aux autres classes d’actifs, notamment les entreprises hors des indices boursiers majeurs. Et est-ce vraiment aux particuliers, à qui l’on demande de plus en plus d’efforts, d’aller les premiers au front en investissant leurs économies dans le PEA-PME, pour des sommes au final minimes tandis que les Etats, grâce à Solvency 2 et Bâle 3 aspirent toutes les liquidités des institutionnels depuis des mois ?

Cette semaine nous noterons le réhaussement de rating de Nokia, de B1/B+ à Ba2/BB chez Moody’s et S&P : si l’agence a acté la nouvelle stratégie du groupe, l’optimisation de la structure capitalistique et la stabilisation du métier d’infrastructures, il reste du chemin avant de retrouver un rating investment grade, malgré la volonté affichée du management ; un retour à la croissance du C.A de la division « réseaux », accompagné d’un maintien de la marge, pourraient permettre à l’équipementier telecoms de gagner encore un cran d’ici la fin d’année, pour entrevoir la catégorie investment grade à horizon 2015.

Relèvement de note également pour CMACGM de B à B+ chez S&P : après être passé au bord du précipice en 2012,le management a adopté une politique financière plus conservatrice, une politique d’investissements et de gestion de la dette plus rigoureuse, ainsi qu’une trésorerie plus confortable (1Md$ environ). Attention cependant aux prix du fret, qui après une embellie en 2013, favorisant le retour à meilleure fortune des transporteurs maritimes, viennent de connaître une chute sévère (2340 dollars en décembre 2013, 1030 dollars aujourd’hui) qui, si elle continue pourrait les entraîner rapidement vers leurs plus bas de 2012 (700 dollars)… au risque de voir à nouveaux les transporteurs type Hapag Lloyd ou CMA en grande difficulté… Attention donc, malgré un portage de 6% attractif sur les souches 2019.

Côté opérations corporates, nous signalerons le lancement du processus d’introduction en bourse d’Elior, anticipé déjà depuis plusieurs mois et qui devrait se finaliser mi-juin ; la dette existante sera remboursée, notamment l’émission obligataire 2020 (call pour 35% de la souche à 106.50%). Pour du portage à court terme, il peut être intéressant de jeter un œil…

Notons également l’offre de rachat de Virgin Mobile par Numéricable pour un montant de 325M€ : il devait rester en caisse quelques euros du financement massif de l’acquisition de SFR…

Bonne nouvelle enfin pour Soitec qui signait cette semaine un nouveau partenariat avec Samsung et STMicro dans les circuits intégrés. Si les premiers revenus sont attendus seulement en 2015 et si on ne peut pas déterminer dès aujourd’hui les retombées à long terme du projet, ce type de contrat rapproche progressivement l’entreprise de l’équilibre opérationnel, premier objectif du management.


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.