FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 17 juin

Temps orageux sur les marchés de crédit avec une quatrième semaine de baisse pour les indices obligataires. Si les premiers mouvements concernaient principalement les souverains et les corporates bien notés (dont l’effet spread est actuellement quasi nul), le high yield a particulièrement souffert ces deux dernières semaines avec une baisse cumulée de 1.57%.

Nous noterons d’ailleurs le premier report d’une émission spéculative, Unilabs (LBO suisse de laboratoires d’analyses), ses banques conseils n’ayant pas jugé les conditions de marché suffisamment porteuses. Si le début d’année a permis à de nombreux émetteurs, y compris les plus risqués, d’émettre à bon compte tout en offrant en général que peu de protection aux investisseurs, on peut estimer que cette fenêtre vient de se refermer, au moins jusqu’en septembre...

Ce « retour de bâton » touche d’ailleurs l’ensemble des marchés les plus risqués, comme en témoigne le rapport de BoA publié vendredi, annonçant 9Mds $ de sorties de capitaux dans les pays émergents.

La FED, dont on attend le discours ce jeudi, ne devrait pourtant pas se laisser influencer par ces corrections, malgré tout limitées, pour modifier son discours de ralentissement du QE3; un mouvement baissier qui pourrait donc se prolonger sur le crédit.

Quelques bonnes nouvelles côté micro :

  • Remy Cointreau qui publiait lundi de bons résultats, tirés par la croissance mondiale du haut de gamme; l’émetteur spéculatif pourrait repasser en catégorie « investment grade » prochainement à l’image de son concurrent Pernod Ricard.
  • Numéricable qui aurait mandaté Rothschild pour conduire son introduction en bourse, ce qui mettrait fin à l’opération de LBO (Cinven, Carlyle, Altice) et apporterait à l’opérateur environ 5Mds€ de liquidités .

Nous noterons enfin la poursuite des opérations de rachat ou d’échange de dettes :

  • CaixaBank pour un montant de 375M € sur des covered
  • L’électricien DONG qui, pour répondre au changement de méthodologie de S&P sur les hybrides, propose un rachat de son émission 3010 à 104% et exercera son call à 101% sur le montant non apporté (le cours avant annonce était de 110% mais tout changement de méthodologie des agences autorise l’émetteur à « caller » ses titres à 101%). La prime «juridique et réglementaire» doit aussi être comptabilisée lors de l’achat d’une hybride.

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.