FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit du 07 Octobre 2013

Une semaine marquée par le fameux « Shutdown » américain qui, s’il n’a pas eu grand impact sur les marchés financiers, peu impressionnés par cet outil de négociation récurrent dans la politique américaine (17 « shutdowns » depuis 1976, dont le dernier sous Bill Clinton en 1995), rappelle cependant une échéance beaucoup plus importante : le 17 octobre, date du plafond légal de la dette américaine. A cette date, le résultat sera binaire : signature du budget ou défaut de paiement des USA, ce qu’on peut difficilement envisager, tant les conséquences seraient désastreuses. Face à ces négociations, la décision de la BCE, mercredi, ne passionnait pas les foules et c’est dans les nuances de langage que les opérateurs de marché durent trouver un intérêt au discours : la politique accommodante étant actée, jusqu’à quel point le sera-t-elle ? ceux qui misaient sur un nouveau LTRO dès la fin d’année se sont retrouvés déçus, les autres peuvent rester tranquilles, les taux ne monteront pas de sitôt…

 

Côté corporates, les principales nouvelles de la semaine se trouvaient chez les telecoms :

- En Italie d’abord, avec le mauvais feuilleton Telecom Italia qui semble ne jamais prendre fin ; cette semaine nous assistions jeudi à la démission de son Président, Monsieur Franco Barnabè, fervent défenseur d’une augmentation de capital pour le groupe. Son départ confirmé, cette option semble s’éloigner et le désendettement de Telecom Italia devra donc passer par d’autres moyens, dont la séparation du réseau fixe déjà envisagée à plusieurs reprises, ou la vente de certaines activités (Amérique du Sud notamment)

- Portugal / Brésil ensuite, avec la fusion des opérateurs OI et Portugal Telecom pour une nouvelle entité basée à Rio de Janeiro et couvrant près de 260 millions d’habitants et 100 millions de clients ; outre le bénéfice opérationnel majeur, cette fusion par échange d’actions permettrait également d’améliorer significativement le profil de dette des deux entités, dont le rating pourrait atteindre le BBB- (Portugal Telecom actuellement BB)

- En France enfin avec un nouveau succès d’Alcatel, retenu pour déployer 11% du réseau 4G de China Mobile, principal opérateur chinois avec 750 millions d’abonnés…

 

Chez les constructeurs automobiles, les chiffres des immatriculations de voitures neuves étaient très attendus, avec une divergence Renault/Peugeot de plus en plus flagrante : si le premier bénéficie largement de son offre Low Cost et de nouveaux modèles très porteurs (Captur, Clio IV), le second ne parvient décidément pas à sortir du marasme et voit sa part de marché baisser continuellement…

 

Sur le front des souverains, la semaine aurait pu s’annoncer difficile pour les périphériques avec d’un côté la crise politique italienne et de l’autre la publication des rapports de la Troïka sur l’Espagne et le Portugal. Au final, le revirement de Berlusconi et son appel au soutien du gouvernement ont permis aux BTP italiens de se resserrer rapidement (4.30% pour le 10 ans après un écartement à 4.65% lundi matin)  alors que les rapports sur la péninsule ibérique étaient plutôt positifs :

 

En Espagne le rétablissement du système bancaire semble ainsi en bonne voie, les banques ayant mis en place la quasi-totalité des mesures demandées en respectant le calendrier initial, tout en maintenant un ratio de solvabilité élevé afin de faire face à un potentiel nouveau choc macro.

 

Au Portugal enfin, la mise en œuvre du plan d’austérité a une nouvelle fois été saluée, ce qui permet de libérer une nouvelle tranche de crédit de 5.6Mds€, soit 66Mds€ jusqu’à présent sur une aide totale de 78Mds€. D’autre part, le gouvernement a relevé ses prévisions de croissance à 0.8% (contre 0.6%) pour 2014, ce qui devrait apporter une contribution supplémentaire.


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.