FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit 20 mai 2013

Encore une semaine pendant laquelle les actifs se sont significativement appréciés. Si les statistiques économiques restent pourtant médiocres (contraction du PIB européen persistante, chute des ventes au détail ou des mises en chantier aux USA), ce sont plutôt les bonnes nouvelles sur le front des périphériques qui ont alimenté la bonne humeur des marchés :

  • d’abord la Grèce qui commence peut-être à voir le bout du tunnel, après 2 ans d’une austérité sans précédent : le trafic du port du Pirée multiplié par 3 en 3 ans, délitement des manifestations contre l’austérité permettant au gouvernement d’avancer dans ses réformes, corporates pouvant à nouveau se financer sur les marchés classiques (Hellenic Petroleum, OTE)
  • Le Portugal également qui a conclu avec succès l’évaluation des comptes du pays par la Troïka et la validation de son plan d’austérité (ouvrant une nouvelle tranche d’aide de 2Mds d’euros), ce qui devrait lui permettre de respecter ses objectifs budgétaires à moyen terme.
  • La Slovénie ensuite qui présentait cette semaine son plan à la Commission Européenne; s’il est évident que ce premier plan sera insuffisant et devra faire l’objet d’une révision d’ici quelques mois, on peut constater que le gouvernement est sur la bonne voie : augmentation des impôts, baisse des dépenses publiques, recapitalisation des banques. Les chiffres de la Slovénie pour 2013 restent cohérents avec de nombreux pays d’Europe : excédent des comptes courants de +4.8% (France : -2.5%), déficit public de -4.1% (France : -4%), dette publique/PIB de 61% (France : 91%).
  • Enfin la Hongrie, qui n’entre évidemment pas dans les « périphériques » habituels mais joue un rôle important dans le dynamisme économique de l’Europe de l’Est : alors que ses pairs subissent de plein fouet la crise européenne en raison de la baisse des exportations vers la Zone Euro, la Hongrie a pu, après des années d’efforts budgétaires sévères, relancer son économie grâce à quelques dépenses d’infrastructures, tout en conservant un déficit budgétaire correct (1.9% en 2012). La croissance est de 0.7% au 1er trimestre contre –0.8% en Rép Tchèque, 0.3% en Slovaquie, 0.1% en Pologne.

Chez les corporates, 3 publications majeures : EADS dont les résultats s’envolent  au T1, Thyssen qui pâtit à l’inverse de la cyclicité et de la faible rentabilité de ses métiers (Rés. Expl : -36%), et Mol Magyar dont les résultats sont impactés par l’augmentation de la taxe « Robin Hood » en Hongrie (de 8 à 31% ). Nous noterons enfin le plan de recapitalisation de Thomas Cook assorti d’un placement obligataire de 525M (nous préférerons rester à l’écart) et le remboursement anticipé par Alcatel des souches 2014/15/16 pour un montant de 441M.

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.