FR - EN
Abonnez vous à notre hebdo
 
Hebdo Crédit 10 juin 2013

Cette semaine était largement drivée par la macro-économie et par les décisions des banques centrales (Livre Beige de la FED, BoE, BCE) assorties du traditionnel discours, dont les effets sont en général tout aussi importants que l'action elle-même, souvent largement anticipée.

Une fois encore, le statu quo général était effectivement logique, mais les discours congruents, s'orientant de plus en plus vers une réduction d'ouverture des vannes, ont laissé pour la deuxième semaine consécutive les marchés boursiers inquiets. La reprise de croissance attendue est en effet si fragile et si ténue que les opérateurs craignent que la fin de la perfusion signifie la fin tout court...

Si le crédit n'était pas forcément lié aux marchés actions au cours de 2012 et de début 2013 on peut constater ces dernières semaines que les inquiétudes deviennent conjointes et bon nombres d'obligations, notamment les financières ou les corporates périphériques se sont écartées cette semaine.

Du point de vue actualité du crédit, nous noterons lundi la publication des résultats de CMACGM, entreprise toujours aussi difficile tant elle est sujette aux retournements de cycles... Alors que le management annonçait ce lundi un retour très progressif à des ratios d'endettement tout juste corrects, issus d'une année 2012 plutôt faste, il prévient le même jour que la situation devrait être beaucoup plus difficile pour 2013, avec le retournement du marché du fret... Autant dire que les obligataires ne devraient pas avoir le temps de profiter de ces semi-bonnes nouvelles avant de voir le crédit de CMACGM se détériorer pour la énième fois.

Mardi, toujours dans l'univers du "high yield" le groupe Ray Acquisition, principal actionnaire du Français Rexel, annonçait procéder à la troisième cession de capital, sortant progressivement par tranches de 10%, probablement pour maximiser son prix de sortie plutôt que d'introduire d'un coup en bourse cette pépite. Rayac sera encore, à l'issue de cette opération, détenteur de 33% du capital de Rexel.

Mercredi, Cegedim confirmait ses objectifs 2013 après un premier trimestre sans surprise durant lequel le principal évènement était l'opération de rachat de la souche 2015 suivi d'une nouvelle émission obligataire à maturité 2020.

Jeudi, Air France, annonçait la poursuite de son plan de redressement qui semble pour le moment tenir ses objectifs de retour à la rentabilité d'ici 2014.

Sur le front des offres de rachats, c'était au tour cette semaine de la banque RBS d'annoncer pour 1Mds $ de rachats d'obligations alors que le Français Carrefour lui prévoit de rembourser par anticipation jusqu'à 1.350 Mds d'euros. Nous noterons par avance le succès programmé de cette offre tant le taux proposé est faible : 0% sur l'obligation 5.25% 2014...

Enfin du côté du financement des PME, les nouvelles avancent au rythme propre de ses différents  acteurs:

- le privé avance vite, AXA venant par exemple de signer un nouveau partenariat avec Commerzbank pour financer les PME allemandes,

- les règlementations et associations professionnelles suivent - on a vu en France cette semaine la réglementation évoluer pour faciliter les prêts directs des assureurs aux PME, ce qui n'était plus possible depuis la loi du monopole bancaire -,

- les institutions prennent leur temps, Mario Draghi ayant annoncé cette semaine à un marché plutôt déçu que le mécanisme de titrisation des prêts aux PME serait étudié avec soin et avec tout le temps nécessaire par la BCE.

Le meilleur rythme sera sûrement celui qui permettra d'éviter les écueils d'un marché nouveau (et donc porteur de risques tout aussi nouveaux et inconnus des nouveaux acteurs "extrabancaires") mais pourtant assez proche de celui des CLO de 2007...

 


INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES


Avant d’accéder à ces pages, merci de bien vouloir prendre connaissance des informations réglementaires suivantes.

Cette page internet du site est destinée aux résidents français. Les personnes soumises à des restrictions interdisant l'accès aux produits ou services présentés, tels que les ressortissants des Etats-Unis ne sont pas autorisées à y accéder. Il appartient à l’investisseur de s’assurer qu’il est juridiquement autorisé à se connecter à ces pages et à utiliser et consulter les informations et services présentés sur le site au regard des lois en vigueur dans son pays.

Ce site Internet a été réalisé dans un but d’information uniquement et ne constitue ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni une sollicitation en vue de la souscription des produits ou services présentés. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. OCTO Asset Management ne saurait être tenu pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site. Les informations, services et produits présentés sont susceptibles de modification sans avis préalable.

La souscription dans des parts ou actions d’OPCVM peut présenter des risques. La valeur liquidative des OPCVM peut varier à la hausse comme à la baisse selon les fluctuations des marchés et l’investisseur peut ne pas récupérer le capital investi. Aussi, avant toute transaction, l’investisseur doit :

- prendre connaissance du document d'informations clés pour l'investisseur et du prospectus de chaque OPCVM, et comprendre la nature des supports choisis, leurs caractéristiques et leurs risques

- s’assurer que les supports choisis correspondent à sa situation financière, à ses objectifs d’investissement et aux risques qu’il est prêt à accepter.

Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les performances passées ne doivent donc pas être l’élément central de la décision d’investissement du souscripteur : les autres éléments figurant sur les fiches reporting associées à chaque OPCVM doivent être pris en considération. Le document d'informations clés pour l'investisseur et le prospectus des OPCVM présentés est disponible auprès d’OCTO Asset Management sur simple demande ou sur ce site Internet.

Enfin, le traitement fiscal lié à l’investissement en parts ou actions d’OPCVM dépend de la situation de chaque investisseur. Il est donc recommandé de consulter son conseiller fiscal.